Wovenhand @ le 106

David TConcert à RouenLaisser un commentaire

Wovenhand

Je ne vais pas vous mentir, jusqu’à il y a quelques semaines et la découverte du programme de rentrée du 106, je n’avais jamais entendu parler de Wovenhand. Quelle surprise alors de découvrir qu’il s’agissait du nouveau groupe de David Eugene Edwards, leader des ex 16 Horsepower, que j’écoutais en boucle à une époque. Et quelle claque que le dernier album de Wovenhand, The Laughing Stalk. Visiblement, personne n’a oublié 16 Horsepower puisque c’est à guichet fermé que se prépare le concert de WovenHand au 106.

Lorsque les lumières s’éteignent, ce sont d’abord des chants tribaux indiens qui retentissent dans la salle. Au bout de quelques minutes, David Eugene Edwards et ses trois musiciens montent sur scène. David a le visage fermé, concentré, et accessoirement peinturluré. Il a décidé de jouer à fond son rôle de chaman rock. Le concert proprement dit démarre sur des morceaux longs, puissants, tendus et habités comme Long Horn.

Il ne faut pas longtemps au public pour se laisser fasciner, hypnotiser, envoûter. Wovenhand et ses membres sont avares de paroles et de signes d’émotions (sauf peut-être le bassiste qui fait de l’oeil à une fille derrière moi). Ils font penser à des fantômes indiens.

Quand le set se termine, le public redemande Wovenhand encore et encore, comme transporté par une expérience mystique. Les oreilles ont souffert (par le volume et la puissance des cordes) mais les âmes se sont élevées. Que de demander de mieux à l’issue d’un concert ?

Voir toutes les photos de Wovenhand

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *