Nada Surf @ le 106

David TLaisser un commentaire

Que peut-on encore écrire sur un groupe que l’on suit depuis près de 15 ans et qu’on a peut-être déjà vu 10 fois en concert ? En fait, on peut écrire encore beaucoup de choses. Car ce mardi 16 octobre 2012 au 106 de Rouen, Nada Surf a probablement livré le meilleur concert qu’il m’ait été donné de voir d’eux à ce jour. On me taxera peut-être d’être fan, mais j’ai déjà eu l’occasion de l’écrire, Nada Surf est aussi capable de livrer de mauvaises prestations scéniques.

Nada Surf, un groupe qui ne fait pas de vagues

Mine de rien, aujourd’hui les Nada Surf ont pas moins de sept albums à leur actif, et quand on se balade au hasard de leur discographie, ou quand on voit la setlist alignée à Rouen, on réalise la force de la plupart de leurs morceaux, et le fait que sans crier gare, les New-Yorkais sont devenus un des groupes de pop-rock indé incontournables de ces 20 dernières années. Pas étonnant qu’un mec comme Doug Gillard de Guided By Voices ait accepté de rejoindre le line-up de ce groupe.

Ce qui frappe d’ailleurs, c’est l’humilité de ces quatre-là (car Gillard s’accorde parfaitement sur ce point avec le trio original qui constitue Nada Surf). Par exemple, quand Matthew Caws et Doug Gillard débarquent dans le studio du 106 et que la chroniqueuse de Radio Lomax confond Doug Gillard avec Daniel Lorca, aucun des deux ne relève. Matthew Caws, qui a un tout petit peu perdu en français (seulement parce qu’il le parlait à la perfection à une époque), raconte volontiers des anecdotes tirées de son quotidien, on peut même dire qu’il est bavard. Et pendant ce temps, Daniel Lorca, posté de l’autre côté de la vitre du studio, rit aux histoires de son camarade, en buvant une bière au milieu du public, qui ne le reconnaît visiblement pas, ou n’ose pas le déranger.

Nada Surf, c’est comme le bon vin…

Stars Are Indifferent To Astronomy est un album marqué, sinon par l’angoisse de vieillir, au moins par la nostalgie de la jeunesse perdue. C’est particulièrement vrai sur des titres comme Teenage Dreams, When I Was Young ou The Future et cette phrase emblématique : « I cannot believe the future’s happening to me ». Le moins qu’on puisse dire, c’est que quand on entre dans la grande salle du 106, on est en plein dans le sujet. Le public est essentiellement constitué de 35-50 ans qui ont envahi les gradins pour s’assoir à l’arrière de la salle, abandonnant l’avant de la fosse aux moins de 25 ans. Nada Surf est bel et bien devenu un groupe, avant tout, de trentenaires ou quarantenaires. Sur scène, pas mieux, Matthew Caws a les cheveux grisonnant, Daniel Lorca a pris (beaucoup) du bide, et Doug Gillard perd ses cheveux. Seul Ira Elliot n’a pas changé depuis les débuts du groupe.

D’ailleurs, ce 16 octobre, c’est bien Ira qui imprime le rythme du concert de Nada Surf et qui donne le ton à la soirée. Dès le début, il crie, grimace et pose derrière ses fûts. Il chambre ses comparses et harangue le public. C’est lui qui fait sourire ou rire le groupe, qui semble de fait passer une excellente soirée (apparemment c’est aussi grâce au superbe repas servi dans les loges par l’équipe du 106, puisque ce sujet sera évoqué plusieurs fois). Le public, longtemps timide et réservé dans ses réactions, se laisse peu à peu gagner par la bonne humeur ambiante et finit par se lâcher complètement. Ce qui fera dire à Matthew Caws que le 106 est bien placé dans la compétition pour le titre de meilleure salle de concert de France (un truc que le bonhomme ne répète pas partout où il passe, c’est clair qu’il est sincère).

Du point de vue de la setlist livrée par Nada Surf, de belles surprises aussi, avec Paper Boats, un de mes morceaux préférés de l’album Let Go, que je n’avais mais entendu live, ou encore Amateur, histoire de se rappeler le meilleur de The Proximity Effect en 1999. Et puis ce qui fait selon moi la réussite d’un concert de Nada Surf : Killian’s Red. Pour toucher à la perfection, ne manquaient que Blonde On Blonde et la reprise magique de Enjoy The Silence de Depeche Mode (sans doute la meilleure jamais réalisée). Pour le prochain concert ?

Voir toutes les photos de Nada Surf au 106

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.