Que reste-t-il du concert de Suuns à l’Aéronef ?

David Tconcerts, Que reste-t-il ?Laisser un commentaire

Suuns

Le 24 octobre dernier, les Canadiens de Suuns foulaient la scène du club de l’Aéronef. Suuns fait partie de ces groupes dont je rate chaque passage sur Lille depuis 10 ans. Mais enfin, ce soir-là, j’y étais ! Alors que reste-t-il de ce concert un peu plus d’un mois plus tard ?

1) Le volume

Suuns fait partie de ces groupes qui peuvent vous filer un acouphène alors même que vous portez des bouchons d’oreille, un peu comme Swans lors de leur dernier passage au Grand Mix. Ce soir-là, le volume des basses envoyées par Joseph Yarmush aura été un véritable défi pour les tympans, comme une expérience à encaisser physiquement.

2) La présence scénique

C’est sans doute le paradoxe de ce groupe : le quatuor n’aura presque rien dit au public de tout le concert, aura quasiment joué dans le noir la plupart du temps, et pourtant il nous aura happé dans le concert de la première à la dernière note. Joseph Yarmush, encore lui, aura même passé le plus clair de son temps la tête penchée en avant, le visage masqué par l’épais rideau formé par ses cheveux longs, et pourtant ses mouvements de balancier auront eu quelque chose d’hypnotique. Ben Shemie de son côté passe toutes les parties chantées collé à son micro en fixant l’horizon droit devant lui. De son côté Max Henry est totalement dans sa musique, les yeux fermés le plus clair du temps, comme dans un état second. Au global l’ambiance créée est lourde, pesante, moite mais non moins fascinante (comme la peinture présentée en guise de fond de scène derrière Liam O’Neill, que je n’ai pas reconnue – si quelqu’un sait de quelle toile il s’agit, qu’il n’hésite pas à me le dire en commentaire).

3) La setlist

Suuns fait aussi partie de ces groupes qui ont construit une discographie en perpétuelle évolution depuis leurs débuts. Quatre albums très différents, dont « Felt », le dernier en date, est beaucoup plus pop que le précédent, « Hold/Still ». A chaque album, on se demande comment le groupe va marier l’ensemble dans une setlist cohérente sur scène. Et à chaque fois les Montréalais y parviennent. Ici ce sera à la faveur d’un set montant progressivement en intensité, avec d’abord 3 titres de « Felt » (Control, Baseline et X-Alt) avant de s’égarer progressivement et consciencieusement dans le reste de leur album, avant de terminer sur l’incontournable 2020.

Setlist complète :

  1. Control
  2. Baseline
  3. X-Alt
  4. Powers of Ten
  5. Instrument
  6. Translate
  7. Peace and Love
  8. Red Song
  9. Paralyzer
  10. Pie IX
  11. Make It Real
  12. 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.