Baxter Dury @ l’Aéronef

David TLaisser un commentaire

Baxter Dury

Je ne m’étendrai guère sur le concert de Halo Maud en première partie de Baxter Dury. En effet, j’ai un gros problème très personnel avec ce type de voix haut perchée. De ce fait il me serait difficile de prononcer un avis en tout objectivité. Déjà croisée au sein de Moodoid, on pourra à tout le moins reconnaître à Halo Maud la faculté de savoir s’entourer puisqu’on reconnaît sur scène des musiciens venus de Isaac Delusion (à la batterie), Frànçois and The Atlas Mountains (à la basse) ou O (aux claviers), excusez du peu ! Surtout, on reconnaîtra à Halo Maud une capacité à composer des partitions millimétrées, du genre qui attirent l’oreille distraite d’un public de première partie pour le forcer à regarder la scène et à se dire « c’est vachement bien ce qui en train de se passer là », comme sur cet avant-dernier morceau largement instrumental et totalement bluffant. Bref, si tu ne souffres pas du même problème que moi, intéresse-toi d’urgence à Halo Maud.

En arrivant à l’Aéronef ce mardi soir, je me suis laissé dire que le tourbus de Baxter Dury était arrivé tôt ce matin-là et que Mister Baxter Dury s’était montré un peu ronchon au fil de la journée. Faut-il s’en inquiéter à quelques minutes de sa montée sur scène ? Visiblement non ! Baxter Dury arrive un grand verre de vin rouge à la main. Est-ce le premier ? Est-ce cela qui l’a aidé à se décontracter ? En tout cas Baxter Dury se met immédiatement à cabotiner derrière son micro alors qu’il entonne Isabel, titre issu de l’album Happy Soup. Quelque part entre pas de danse saccadés et coups de poing façon airboxing, l’homme enroule sa cravate autour de son micro dans un genre de WTF so british. Alors qu’il s’installe au piano et que tous les photographes se précipitent pour immortaliser l’instant, Baxter joue deux notes et se relève d’un bon comme pour se jouer de nous. Facétieux Dury ? Assurément.

A un type dans le public qui lui hurle « Sex, drug and rock’n’roll » en référence à Ian Dury, son père, Baxter répond « I’m just sex! » Lorsqu’il se fait siffler parce qu’il fait très chaud et qu’il tombe la veste, il sourit et lance « hashtag Me Too! » Ainsi, si l’homme est peu bavard et avare de mises en contexte de ses titres ou de présentation de ses musiciens (parfaits, mention spéciale au bassiste et aux choristes), l’échange et la connivence avec le public se fond au travers de ces traits d’humour toujours sexuels, qu’il promette aux hommes du public de faire l’amour à leurs femmes, ou au contraire qu’il se refuse à un garçon lui proposant de faire l’amour (« je suis trop expérimenté pour toi »).

Au moment des rappels, Baxter Dury rentre dans la salle par un côté de la scène et s’installe dans le pit avec une clope au bec et chante Cocaine Man, seul morceau issu de Floor Show joué ce soir. Il enchaîne sur l’excellent Prince Of Tears et sort de scène pour de bon. Il se sera passé très exactement 1h depuis le début d’un set où absolument tous les titres du dernier album auront été joués. Et si le public en aurait bien redemandé, les sourires se lisent sur les visages, ce qui est toujours un signe.

Setlist de Baxter Dury à l’Aéronef

  1. Isabel
  2. Listen
  3. Trellic
  4. Picnic On The Edge
  5. Porcelain
  6. Mungo
  7. Letter Bomb
  8. Almond Milk
  9. Oi
  10. Wanna
  11. August
  12. Pleasure
  13. Palm Trees
  14. Miami
  15. Cocaine Man
  16. Prince Of Tears

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.